- Charter of Transdisciplinarity

          ɡ

 

Special Issues

   - The Book Shop

The Golden Register -

 

Useful Sites

F.A.Q.

Index

 

 Maaberuna

  French Arabic  

Prner la non-violence
aux oppresseurs plutt quaux opprims?

Jean-Marie Muller٭

 

Une question revient de temps autre, comme une provocation :  Pourquoi est-ce toujours aux opprims que lon conseille la non-violence? Ne faudrait-il pas dabord la prner aux oppresseurs ?  Tout dabord, convient-il de  conseiller la non-violence  aux opprims ? Il importe de ne pas se positionner en donneurs de leons car les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Convient-il ensuite de  prner la non-violence  aux oppresseurs ? En ralit, peut-on jamais imaginer un oppresseur non-violent ? Certes, si les oppresseurs se convertissaient la non-violence, il en serait jamais fini de loppression. Mais pareille hypothse relve de lidalisme le plus pur et ne sert rien pour apprhender la ralit.

Loppresseur porte la responsabilit premire, primordiale, de la violence. Á nen pas douter, loppresseur est le vrai fauteur de violence. Certes, il senferme obstinment dans une attitude de dni par rapport sa violence. Sr de son droit, loppresseur prtend nutiliser que la force ncessaire pour se dfendre contre la rsistance de lopprim. Pour autant, puisque loppresseur est videmment violent, la pure logique voudrait quon lui enjoigne dtre non violent. Mais au-del de cette apparente logique, cette question est fondamentalement biaise en ce sens quelle laisse entendre quon aurait affaire deux groupes humains qui tiendraient, dans le conflit qui les oppose, des positions symtriques et auxquels, de ce fait, il serait possible de tenir le mme langage en donnant les mmes  conseils . Évidemment, il nen est rien.

Force nous est de nous rendre lvidence : si les opprims peuvent choisir la non-violence en tant quopprims, les oppresseurs ne sauraient la choisir en tant quoppresseurs. Sil est raisonnable pour les opprims de choisir la non-violence pour rsister loppression, il est dans la nature des oppresseurs de choisir la violence pour maintenir leur oppression et lhistoire nous a appris quils ny renonceront pas de leur plein gr. Le choix de la non-violence par les opprims a prcisment pour but de contraindre les oppresseurs renoncer la violence de leur injustice.

Loppression qui viole les droits fondamentaux de ltre humain en portant atteinte sa dignit et sa libert ne peut que provoquer la rvolte des opprims et de tous ceux qui entendent saffirmer solidaires de leur cause. Et la rvolte implique la rsistance. Une rsistance dure. Mais cest lune des exigences de la non-violence de regarder loppresseur comme tant lui aussi un tre humain qui porte lui aussi, au plus profond de lui-mme, une requte de justice.

La non-violence consiste combattre sans concession linjustice tout en respectant lhumanit des hommes injustes. Non seulement ce respect de la personne de ladversaire naffaiblit pas la rsistance, mais elle la renforce. La non-violence exerce une plus grande rsistance la violence en refusant de redoubler la violence. En restant sur le terrain de la justice, elle permet ainsi de concentrer la lutte contre linjustice.

Cest pourquoi la non-violence ne veut pas renoncer faire appel la conscience et la raison de loppresseur afin de rveiller en lui son humanit, de lamener rendre justice lopprim. En ce sens, il sagit bien dinviter loppresseur non pas choisir la non-violence, mais renoncer la violence, cest--dire, pourrait-on crire, se  dcider la non violence.

Mais, selon toute probabilit, les oppresseurs seront parfaitement insensibles ces appels. Ils resteront sourds aux arguments de lopprim et refuseront de se laisser convaincre. Ils voudront dfendre leurs intrts et leurs privilges par tous les moyens de la violence dont ils disposent. Ce faisant, ils sont dans leur logique. Et elle est intraitable. Cest la logique de la toute puissance.

Cependant ces invitations la non violence, ces appels la conscience et la raison des oppresseurs ne sont pas ncessairement vous rester totalement vains. Au sein mme du groupe des oppresseurs, certaines personnes seront probablement ouvertes ces appels et prendront conscience de linjustice faite aux opprims. Lexprience montre que dans les conflits les plus durs, certains qui appartiennent la communaut des oppresseurs se dsolidarisent des leurs, entrent en dissidence et se font les avocats de la cause des opprims. Certains nhsiteront pas, en prenant pour eux-mmes les plus grands risques, rsister ouvertement la politique doppression mene par leur communaut en mettant en uvre les moyens de laction directe non-violente. Dautres, pour des raisons pragmatiques, pourront se laisser convaincre quil est de leur intrt bien compris de trouver un compromis avec le camp adverse. Les uns et les autres peuvent alors jouer un rle dcisif dans lvolution du conflit en favorisant la recherche dune solution constructive.

Or, prcisment, la violence des opprims risque fort dannihiler les efforts des dissidents qui se lvent parmi les oppresseurs. Cest lune des caractristiques de la violence de susciter un esprit de corps parmi les membres du camp adverse et de tendre souder celui-ci en un bloc uni. Cest un fait dment tabli que la violence discrdite la cause la plus juste et la rend difficile dfendre. Car la violence porte en elle une part irrductible dinjustice. En revanche, la non-violence des opprims ouvre ces dissidents un espace dans lequel ils peuvent faire valoir le bien-fond des exigences des opprims.

En dfinitive, cest le simple ralisme qui conseille aux opprims de choisir la non-violence, parce que la capacit de violence des oppresseurs est toujours dmesurment plus grande que la capacit de violence des opprims. En choisissant la violence, les opprims viennent se situer sur le terrain o les oppresseurs sont les plus et les mieux arms. En choisissant la violence, les opprims ne pourront que provoquer un surcrot de rpression de la part des oppresseurs en les enfermant dans leur logique de violence. Ds lors, pour lutter contre leur oppression, cest un impratif catgorique pour les opprims de djouer la rpression des oppresseurs.

En  dfinitive, cest la rsistance non-violente des opprims qui est le meilleur moyen de prner la non violence aux oppresseurs .

*** *** ***


 

horizontal rule

٭ Philosophe et crivain, Jean-Marie Muller est le porte-parole national du Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN). Dernier ouvrage paru : Dictionnaire de la non-violence (Le Reli Poche).

 

 

Front Page

 

                              

Spiritual Traditions

 

Mythology

 

Perennial Ethics

 

Spotlights

 

Epistemology

 

Alternative Medicine

 

Deep Ecology

Depth Psychology

Nonviolence & Resistance

 

Literature

 

Books & Readings

 

Art

 

On the Lookout

The Sycamore Center

 

: 3312257 - 11 - 963

: . .: 5866 - /

maaber@scs-net.org  :

  :        ӡ ߡ ɡ